• fautquonenparle

Macron au tour de France cherche à justifier ses mesures dans une France clivée en deux

Au lendemain de manifestations contre le pass sanitaire, Emmanuel Macron a voulu continuer à convaincre.

En déplacement à Luz Ardiden (Hautes-Pyrénées), le président de la République s'est exprimé hors micro jeudi 15 juillet devant la presse, après l'arrivée de la 18e étape du Tour de France qu'il a également suivi dans la voiture du directeur de la course.

Emmanuel Macron sur le Tour de France - REUTERS

Les camps se polarisent. Depuis l'allocution solennelle d'Emmanuel Macron, lundi soir, la France s'est comme coupée en deux. D'un côté, une partie des hésitants face au vaccin se sont rués sur la plateforme de rendez-vous en ligne Doctolib pour se faire injecter une dose. De l'autre, les «antivaccins» se sont radicalisés, dénonçant la «tyrannie» d'un président qui aurait instauré une «dictature» supposée dans le pays.


Le chef de l'État entend "laisser" à ceux qui ne souhaitent pas se faire vacciner "la responsabilité" de leur choix, mais leur dit également : "Vos droits ne peuvent pas être les mêmes parce qu'ils supposent des devoirs". Pour lui, "la liberté de chacun dépend aussi du civisme de l'autre" et c'est cela être une nation.

"Plus on est lents plus on donne de chance aux variants." Emmanuel Macron, présent ce jeudi à Luz-Ardiden (Hautes-Pyrénées) lors de la 18e étape du Tour de France, est revenu, devant la presse, sur les nouvelles mesures qu'il a annoncées lundi soir pour contrer la montée du variant Delta sur le territoire. À savoir l'élargissement du pass sanitaire et la vaccination obligatoire pour les soignants, pompiers et ambulanciers.

Concernant l'obligation vaccinale pour les soignants, Emmanuel Macron estime que lorsqu'on fait ce métier, "on n'a pas le droit de ne pas utiliser le vaccin."


"Une dictature ce n'est pas ça"

Si plusieurs opposants aux nouvelles mesures du gouvernement ont pu, sur les réseaux sociaux et dans la rue, qualifier la France de "dictature sanitaire", pour Emmanuel Macron, ce n'est pas le cas:

"J’ai entendu ces mots. Certains s’y sont prêtés avec beaucoup de facilité. Une dictature ce n’est pas ça. On a maintenu tout le cycle électoral, on rembourse tous vos tests, le vaccin est gratuit."


De plus, il s'est montré dur à l'endroit des personnes qui ne souhaitent pas se faire vacciner:

"Je n’ai pas fait le choix de l’obligation vaccinale, j’ai fait le choix d’une contrainte qui est le sens même de nation. Parce que certains choisiraient de ne pas se protéger, je devrais refermer les restaurants et les cinémas? Ces gens-là, je leur dis: 'Vous ne pouvez pas avoir les mêmes droits parce que vous n’avez pas les mêmes devoirs. Je n'appelle pas ça priver quelqu'un de sa liberté. C’est simplement rappeler que dans une Nation, la liberté suppose des devoirs."

#macron #tourdefrance #vaccin #france #actualites #actus #infos #news #debat #radio #fqep