• fautquonenparle

Orange dans la crise après la panne des numéros d'urgence, le gouvernement hausse le ton

Le gouvernement hausse le ton face à l'opérateur Orange, l'opérateur est dans le collimateur du gouvernement après la panne géante mercredi 2 juin au soir qui a paralysé les centres d'appel des pompiers, du Samu ou encore de la police.

Devanture de magasin Orange

De 18 heures à minuit, les numéros d'urgence (le 15, le 17, le 18, le 112) ont été injoignables ou perturbés en France. L'opérateur a été prévenu par les services de l'État.


Dans les faits, ce sont les centres d'appels eux-mêmes qui ont d'abord signalé les premiers dysfonctionnements aux préfectures en fin d'après-midi, vers 17 heures, ces dernières ayant ensuite informé le gouvernement.

Le patron de TF1 au JT de TF1

Sur le plateau de la chaîne de télévision de nos confrères de TF1, Stéphane Richard n’a d’autre choix, au nom d’Orange, que de « présenter des excuses aux gens victimes de ce dysfonctionnement et à [ses] partenaires [urgentistes] ». « Un seul appel qui n’aboutit pas, c’est gravissime, car cela peut mettre en jeu la vie d’une personne », admet-il. Le dirigeant déclare aussi dans cette interview que les causes de cette défaillance restent encore obscures pour les ingénieurs de la société.


Un opérateur téléphonique qui n'est pas au courant des problèmes sur son réseau, cela fait un peu désordre, et c'est sans doute ce qui a aussi alimenté cette réaction très forte de l'exécutif. En déplacement en Tunisie, le Premier ministre Jean Castex a appelé à "tirer toutes les conséquences" de cette panne survenue chez l'opérateur Orange, demandant "qu'une inspection soit diligentée pour connaître l'origine de cette défaillance". Car ce n'est pas un détail : l'État est actionnaire minoritaire d'Orange.


Le gouvernement a montré les muscles très tôt jeudi matin en convoquant au ministère de l'Intérieur le président directeur général d'Orange, Stéphane Richard, à 9 heures. C'est ce qu'un conseiller de l'exécutif appelle "le principe de précaution" : ne surtout pas laisser penser que le gouvernement n'a pas réagi assez vite et assez fort.

#urgence #orange #pompiers #samu #hopital #sante #france #actualites #actus #infos #news #debat #radio #fqep