• fautquonenparle

Vaccination: ouverture au 12-17 ans dès ce mardi 15 juin sous certaines conditions

Cinq millions d’adolescents de 12 à 17 ans peuvent se faire vacciner à partir de ce mardi.

Uniquement en centre, avec l’autorisation des deux parents et le consentement du mineur : la vaccination des adolescents contre le Covid-19 débute mardi 15 juin sous certaines conditions.

L'attestation de consentement à télécharger est disponible ici

Vaccination des ados - Shutterstock

Une nouvelle étape. Annoncée le 2 juin par Emmanuel Macron et déjà mise en place dans plusieurs pays, la vaccination des moins de 18 ans contre le Covid-19 entre en vigueur, mardi 15 juin. Les 12-17 ans pourront recevoir le vaccin Pfizer-BioNTech, premier à avoir obtenu le feu vert pour être utilisé chez les mineurs.


La vaccination sera ouverte à tous les enfants de 12 ans et plus à partir de mardi. Cette mesure concerne potentiellement plus de trois millions et demi d’individus. Avec une exception : les adolescents ayant développé un syndrome inflammatoire multisystémique pédiatrique (PIMS) à la suite d’une infection par le SARS-CoV-2, pour lesquels la vaccination n’est pas recommandée.

Jusqu’à présent, seuls les jeunes de 16 et 17 ans pouvaient être vaccinés dans deux cas de figure : s’ils souffraient d’une pathologie à très haut risque de forme grave de Covid-19 ou s’il s’agissait de proches de personnes immunodéprimées.

La présence d'un des deux parents, muni de l'attestation, est néanmoins nécessaire lors de l'injection, a assuré le directeur général de la santé, Jérôme Salomon, lundi chez nos confrères de RTL.

Si un seul parent est présent, "il s'engage sur l'honneur à ce que le parent cotitulaire de l'autorité parentale a donné son autorisation", précise la note de la DGS envoyée aux professionnels de santé dimanche 13 juin. Une partie de l'attestation recueillant l'autorisation parentale est d'ailleurs prévue à cet effet. Les professionnels de santé sont incités à conserver cette attestation après l'injection.


Les données disponibles sur le Covid-19 montrent que les formes graves de la maladie sont rares chez les jeunes. Mais "quand on augmentera la couverture vaccinale des adultes, la transmission aura tendance à se passer plus dans les groupes non vaccinés", a expliqué le 3 juin Elisabeth Bouvet, la présidente de la commission technique des vaccinations à la Haute Autorité de santé (HAS), pour justifier l'élargissement de la vaccination.


Si la vaccination des ados a avant tout un avantage collectif, "nous considérons qu'il y a également un bénéfice individuel", a renchéri la présidente de la Haute Autorité de santé, Dominique Le Guludec. Ce dernier existe particulièrement pour les ados ayant des "comorbidités", mais aussi pour ceux dont les proches sont "immunodéprimés ou vulnérables". Et la vaccination présente un avantage "sur le plan psychologique et social", insiste la HAS dans sa décision sur le sujet, tant "la rupture des interactions sociales directes et de la scolarité en présentiel a eu des effets délétères".

#vaccination #adolescents #sante #vaccin #france #actualites #actus #infos #news #debat #radio #fqep