• fautquonenparle

Violences conjugales: début du procès de Valérie Bacot, femme battue

Valérie Bacot, 40 ans, est jugée à partir de ce lundi devant les assises de Saône-et-Loire pour avoir tué en 2017 son ex-beau-père, qui l’a violée dès l’âge de 12 ans avant de devenir son mari et son proxénète.

Valérie Bacot - Capture TF1

Valérie Bacot, 40 ans, comparaît à compter de ce lundi devant les assises de Saône-et-Loire pour avoir tué son ex-beau-père, qui l’a violée dès l’âge de 12 ans avant de devenir à la fois son mari et son proxénète.

Elle rêvait d’une enfance joyeuse comme les autres. Mais le passage de Daniel Polette, le conjoint de sa mère, dans sa maison, a fait de sa vie un cauchemar. Un enfer qui a duré pendant 24 ans jusqu’à ce qu’elle se libère.


Le 29 mai 2017, Carole G. pousse les portes de la gendarmerie de Digoin (Saône-et-Loire). Elle n’a jamais osé en parler, par peur de représailles. Mais elle ne peut plus garder pour elle ces informations importantes concernant la disparition de Daniel Polette. Son fils, Lucas, 17 ans, fréquente depuis trois ans Karline, la fille de cet homme de 61 ans qui n’a plus donné de signe de vie depuis le 13 mars 2016. Ce jour-là, vers 20h, l’adolescent reçoit un message de Valérie Bacot, la femme de Daniel. « Ca y est c’est fait », écrit-elle. Une heure après, elle passe chercher Lucas en voiture. Lorsqu’il rentre, le lendemain soir, il confie à sa mère que Valérie a tué son mari et qu’avec l’aide de ses deux fils, Kévin et Dylan, il l’a aidée à enterrer le corps dans un bois, près du lac du château de La Clayette.


Mineurs au moment des faits, ses deux fils et un autre adolescent ont été jugés en décembre 2020 pour l’avoir aidé à enterrer le corps dans un bois. Ils ont été condamnés à une peine de six mois de prison avec sursis.


Son histoire, Valérie Bacot l’a racontée aux gendarmes qui l’ont interpellée le 2 octobre 2017 : 24 années de calvaire. Avant d’être avec elle, Daniel était le compagnon de sa mère. Adolescente, elle est abusée régulièrement par ce beau-père violent et alcoolique. Condamné pour l’avoir agressé sexuellement, il écope en 1995 de quatre ans de détention. Lorsqu’il sort de prison, la jeune femme de 18 ans continue de le voir et part vivre avec lui après être tombée enceinte. Une façon, explique-t-elle, d’échapper à sa mère alcoolique.


Mariés en 2008, ils ont quatre enfants, trois garçons et une fille. Mais dès la naissance de l’aîné, Daniel commence à frapper Valérie, parfois avec un marteau, la menace de mort avec des armes. Il l’oblige à aller lui acheter de la bière tandis qu’il regarde des films pornos dans le salon familial.


Les femmes qui ont partagé la vie de Daniel ne racontent pas autre chose aux enquêteurs. Elles se souviennent d’un homme violent, bagarreur, macho, autoritaire. L’une d’elles explique qu’il la frappait avec un poing américain, qu’il l’a déjà poursuivie avec un couteau et qu’il avait menacé leur fils avec un fusil.

Daniel contrôle les faits et gestes de Valérie. Il l’oblige même, depuis une quinzaine d’années, à se prostituer. Pour cela, il a aménagé l’arrière d’un Peugeot 806 en y installant des rideaux et un matelas. Il gère les rendez-vous par téléphone : entre 20 et 50 euros la passe.


L’affaire est souvent comparée à celle de Jacqueline Sauvage, condamnée à 10 ans de réclusion pour avoir tué son mari le 10 septembre 2012 de trois coups de fusil dans le dos, avant d’être graciée. Les deux avocates de Valérie Bacot ont d’ailleurs assuré la défense de celle qui était devenue un symbole des violences conjugales. « Ces affaires ne sont similaires que sur un point : ce sont des violences intrafamiliales qui duraient depuis de nombreuses années, souligne Me Bonaggiunta. La grande différence, c’est que cette femme a d’abord été une petite fille aux mains de ce bourreau, puisqu’il l’a violé lorsqu’elle avait 12 ans. »


Valérie Bacot encourt la prison à perpétuité. Le verdict est attendu vendredi 25 juin.

#valeriebacot #violence #justice #france #actualites #actus #infos #news #debat #radio #fqep