Par rapport à 2017, presque tous les Français ont vu leur niveau de vie (c’est-à-dire leurs revenus, du travail ou du capital, après paiement des impôts et versement des prestations sociales) augmenter de 397 euros par an en moyenne (+ 1,6 %).

CREDIT  :  Illustration

Un des thèmes de la présidentielle c’est bien le pouvoir d’achat, qui devrait, selon toute vraisemblance, rester au centre des préoccupations des Français d’ici au scrutin d’avril 2022.

Avec une exception notable : les 5 % de ménages les plus modestes (ceux qui vivent avec moins de 800 euros par mois), qui ont perdu jusqu’à 0,5 % de pouvoir d’achat (jusqu’à 39 euros sur un an).
En cause, les moindres revalorisations de certaines prestations et par la hausse des taxes sur l’énergie et le tabac, qui pèsent davantage en proportion de leur revenu.

Par ailleurs, les 1% les plus riches ont engrangé la plus importante progression (en pourcentage), avec un gain moyen de 2,8%. Et parmi eux, les 0,1% les plus riches ont encore davantage gagné (environ +4%). Une progression rendue notamment possible par la suppression de l’ISF, remplacé par l’Impôt sur la fortune immobilière (IFI), ou encore de l’instauration du prélèvement forfaitaire unique sur les revenus du capital.

Il est également à noter qu’une partie des ménages les moins aisés ont eux aussi vu leurs revenus progresser de 2% environ, grâce à la revalorisation de la prime d’activité et du minimum vieillesse.

Si les dernières annonces du gouvernement pour lutter contre la hausse du coût de la vie (indemnité inflation, chèque énergie) devraient aider les plus modestes et une partie des classes moyennes, ces mesures exceptionnelles n’ont pas vocation à se prolonger au-delà de 2022. En revanche, le dégrèvement de la taxe d’habitation pour les 20% des foyers les plus aisés en 2022, puis sa suppression en 2023, contribue à augmenter le niveau de vie en euros au sommet de la pyramide, rappelle une étude de l’Institut des politiques publiques (IPP), un centre de recherche rattaché à l’École d’économie de Paris (PSE).