Une tentative pour « redonner de l’espoir au peuple de gauche ». Invitée du journal de 20 heures de TF1 ce mercredi 8 décembre, la candidate socialiste à la présidentielle, Anne Hidalgo, a appelé à l’organisation d’une primaire de la gauche.

CREDIT  : Capture d’écran TF1/20H

« Cette gauche fracturée, qui aujourd’hui désespère nos concitoyens, doit se retrouver et se rassembler pour gouverner », déclare la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.

Au sein même du PS, tout le monde ne croit pas à l’idée d’une primaire. Quelques minutes avant la déclaration d’Anne Hidalgo, l’ancien président François Hollande a jugé sur BFMTV qu' »une candidature d’union n’a de sens que si tous les candidats partagent les mêmes propositions. Or on sait que ce n’est pas le cas ».

Avant de déclarer: « Organisons une primaire de la gauche , et que viennent participer les candidats qui veulent gouverner ensemble. Je porterai une vision la parole d’une femme de gauche, qui a une expérience de la gestion et du rassemblement ».

« Je ne suis pas là pour dire qui peut y participer ou non », ajoute Anne Hidalgo. « Il faudra faire campagne pour celui qui gagnera. Le moment est venu de ce rassemblement, nous ne pouvons pas perdre plus de temps. »

« Pour ne pas faire disparaitre la gauche, il faut la renforcer. La renforcer par une primaire. », a-t-elle ajouté. Si cette primaire n’a pas lieu, retire-t-elle sa candidature ? « Non », prévient Anne Hidalgo.