Dans une enquête de la cellule investigation de Radio France publiée ce matin, plusieurs syndicalistes disent n’avoir aucun souvenir de la présence de Fabien Roussel à leurs côtés lorsque ce dernier était assistant parlementaire de Jean-Jacques Candelier entre 2009 et 2014

CREDIT : Capture Youtube

Invité sur France 2 dans les « Quatre Vérités » ce matin, le candidat communiste a de nouveau nié avoir occupé un emploi fictif à l’Assemblée nationale.

« Je suis terriblement affecté par des accusations mensongères qui mettent en cause mon intégrité et mon travail. Quand on est assistant parlementaire d’un député communiste dans une telle circonscription, on est tellement sur le terrain auprès des gens à se battre avec eux pour défendre leur dignité, leur boulot, leur entreprise. »

Le député a également annoncé la publication, ce matin, d’éléments prouvant son travail effectif. « Dans un souci de transparence d’apporter des explications, je vais publier ce matin sur mon site Internet de campagne (…) des éléments et des témoignages que Jean-Jacques Candelier a retrouvé chez lui et a bien voulu me communiquer et je souhaite pouvoir montrer aux Français le travail sans faille que l’on peut faire quand on est à disposition d’un député sept jours sur sept. »

« On n’a pas que des amis sur le terrain, donc j’imagine bien que certains vont dire qu’ils ne m’ont pas vu. J’ai aussi entendu des élus socialistes de l’époque qui témoignent et qu’ils m’ont bien vu (…). Nous étions unis dans ces combats pour défendre la centrale d’Hornaing ou gare de triage de Somain. »