Marine Le Pen fait-elle les frais de la montée en puissance d’Eric Zemmour ? Un sondage Harris Interactive pour Challenges, publié mardi 28 septembre, crédite la candidate du Rassemblement national de 16% des intentions de vote au premier tour de la présidentielle de 2022, contre 24% un mois plus tôt.

De son côté, le polémiste d’extrême droite, qui n’a pas déclaré sa candidature, recueillerait 13 à 14% des voix, contre 7% début septembre.

Twitter Harris interactive

Le ticket gagnant pour le second tour est plus serré que jamais. Tandis qu’Emmanuel Macron caracole en tête des intentions de vote (23% à 24%) dans presque tous les sondages, le jeu pour la deuxième place apparaît de plus en plus incertain.

Testé à 13%, le polémiste est donné au coude-à-coude avec l’ex-LR Xavier Bertrand (14%), et dans un mouchoir avec Marine Le Pen (16%). En cas de candidature de l’ex-LR Valérie Pécresse (12%) il passerait alors devant la droite (13%). Écart qui se creuserait encore plus (14%) si c’est le LR Michel Barnier (8%) qui était choisi pour représenter sa famille politique.

À gauche, enfin, seul Jean-Luc Mélenchon peut se satisfaire des résultats. Avec 13% (+3 par rapport au début du mois de septembre), le leader de la France Insoumise s’impose en distançant la socialiste Anne Hidalgo (7%), l’écologiste Yannick Jadot (6%), et le souverainiste Arnaud Montebourg (2%).

Au second tour, Emmanuel Macron serait réélu avec 54% des voix, le total de Marine Le Pen (46%) restant stable, dans la même fourchette depuis mars (entre 45 et 47%). Les deux tiers des électeurs potentiels d’Eric Zemmour se rallieraient à Marine Le Pen au second tour, contre 7% à Emmanuel Macron et 27% de votes blancs, nuls ou d’abstention.

Pour rappel, les intentions de vote ne constituent pas une prévision du résultat du scrutin. Elles donnent seulement une indication des rapports de force et des dynamiques au jour de la réalisation du sondage.

Enquête réalisée en ligne du 24 au 27 septembre auprès d’un échantillon de 1 379 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, dont 1 048 inscrites sur les listes électorales, selon la méthode des quotas. Marge d’erreur des intentions de vote entre 1,4 et 3,1 points.