« La France, ce n’est pas l’extrême droite », a-t-il clamé, à La Défense. « La France c’est la Sécurité sociale, la santé publique, l’école, la recherche, le partage. »

CREDIT : Pixabay

Jean-Luc Mélenchon tenait ce dimanche son premier meeting à La Défense appelé « L’Union populaire ». Le candidat de La France insoumise à la présidence de la République lance son grand mouvement : une maison commune destinée à abriter des personnalités de gauche au-delà de sa propre famille politique. En ce sens, il entend s’affirmer comme le grand leader de la gauche française.

Actuellement à 10% dans les intentions de vote pour le scrutin d’avril 2022, il a sonné la mobilisation devant quelques milliers de partisans réunis à l’Arche de la Défense, près de Paris, alors que commençait, à une trentaine de kilomètres de là, à Villepinte (Seine-Saint-Denis), le premier meeting politique d’Eric Zemmour.

« La France, ce n’est pas l’extrême droite, la France c’est la sécurité sociale, c’est la santé publique, c’est l’émancipation, c’est l’école, c’est la recherche, c’est le partage », a lancé Jean-Luc Mélenchon, qui à 70 ans brigue l’Elysée pour la troisième fois.