Parmi les 329 candidatures proposées cette année, le comité Nobel a choisi les deux journalistes pour « leur combat courageux pour la liberté d’expression ».

paix

CREDIT : MIKHAIL METZEL/AARON FAVILA / AP

Le prix Nobel de la paix a été attribué ce vendredi à deux journalistes, la Philippine Maria Ressa et le Russe Dimitri Muratov, pour “leur combat courageux pour la liberté d’expression” dans leurs pays respectifs.

Agée de 58 ans, Maria Ressa a cofondé la plate-forme numérique de journalisme d’investigation Rappler en 2012, qui a braqué les projecteurs sur « la campagne antidrogue controversée et meurtrière du régime Duterte ».

Agé de 59 ans, Mouratov, un des fondateurs et rédacteur en chef du journal russe « Novaïa Gazeta », « a depuis des décennies défendu la liberté d’expression en Russie dans des conditions de plus en plus difficiles », a souligné le jury.

La liberté de la presse, jamais sacrée jusqu’à présent, figurait parmi les favoris pour cette année mais les 329 candidatures en lice étaient tenues secrètes.

Le prix : une médaille d’or, un diplôme et près de 980 000 euros qui doit être remis le 10 décembre à Oslo si les conditions sanitaires le permettent.