Le secteur de la grande distribution s’est accordé sur un plan de « sobriété énergétique » qui sera déployé à l’automne, selon un communiqué publié lundi 18 juillet.

Nos contenus vous plaisent ? Soutenez notre duo de journalistes passionnés en regardant une courte publicité !

Rayon de supermarché – CREDIT : Faut qu’on en parle !

Emmanuel Macron a expliqué le 14 juillet que l’Etat préparait un « plan de sobriété » énergétique pour faire face au risque de pénurie liée à la guerre en Ukraine, appelant à « rentrer collectivement dans une logique de sobriété ».

« L’heure est à la sobriété énergétique, cela va de manière profonde changer nos habitudes de consommation », estime dans le communiqué de Perifem son président, Thierry Cotillard, pour qui ce protocole « doit s’inscrire dans la durée ».

La fédération Perifem, qui rassemble l’ensemble des acteurs de la distribution pour agir sur les sujets énergétiques ou environnementaux, a défini des « mesures communes et concrètes » pour baisser la consommation d’énergie des magasins, dès le 15 octobre prochain.

Ces mesures, qui ont été actées par E.Leclerc, Carrefour, Système U, Les Mousquetaires Intermarché, Auchan, Casino, Franprix, Monoprix, Lidl ou encore Picard, sont aussi des mesures d’économie pour les enseignes qui sont, comme les Français, confrontées à la hausse du coût de l’énergie.

Pour la grande distribution, c’est aussi un moyen de réduire le coût de sa « facture électrique » qui représentait 30% » du résultat net des enseignes « avant les récentes envolées des coûts de l’énergie ».

Il est prévu d’éteindre les enseignes lumineuses « dès la fermeture du magasin » – contre en général une heure après la fermeture actuellement – et de « systématiser la baisse d’intensité lumineuse », en réduisant de moitié l’éclairage de la surface de vente avant l’arrivée du public et de 30% lors des « périodes critiques de consommation ». Sont également prévues « d’autres mesures » comme « la coupure du renouvellement d’air la nuit, le décalage de la production de glace » par exemple, et des mesures d’urgence prévoyant notamment de baisser la température des points de vente à 17 degrés, en cas de demande d’une autorité régulatrice.