Tombé sous les balles de djihadistes lors d’un combat au Mali vendredi, le caporal-chef Maxime Blasco recevra les honneurs posthumes mercredi à 16h30 dans la cour des Invalides, à Paris.

soldat

CREDIT : AFP

Un hommage national, présidé par Emmanuel Macron, sera rendu mercredi à 16h30 à l’Hôtel des Invalides. Il s’agit donc du caporal-chef français Maxime Blasco, tué en opération au Mali. Le cortège funéraire franchira auparavant le pont Alexandre III à Paris, comme de tradition. Jeudi, un autre hommage lui sera rendu à Varces (Isère, sud-est) par ses frères d’armes du 7e bataillon de chasseurs alpins.

Originaire de Grenoble et âgé de 25 ans, tireur d’élite du groupe Commando montagne, il a succombé à ses blessures survenues lors d’une opération au cours de laquelle il a été grièvement blessé par un tireur djihadiste en embuscade.

En 2019, il avait sauvé la vie à deux de ses camarades après le crash de leur hélicoptère Gazelle. Grièvement blessé, notamment avec de multiples fractures vertébrales, il avait réussi à les extraire sur une cinquantaine de mètre avant de les installer “de façon un peu artisanale sur les patins” d’un hélicoptère Tigre pour les extraire de la zone de combat, selon l’état-major.

L’Élysée avait fait part de sa vive émotion après le décès du caporal-chef. Il est le 52e soldat français décédé au Mali depuis le début de l’opération Barkhane en 2013. Ce nouveau décès est intervenu dans un contexte tendu entre Paris et Bamako, après le rapprochement avec la société russe Wagner. Le premier ministre malien a aussi parlé d’un «abandon» de la France à l’ONU samedi 25 septembre.

Une cagnotte en ligne a été ouverte pour venir en aide à sa famille endeuillée. La somme récoltée – de 97.981 euros ce mercredi – devrait être “versée à la fin des hommages”.