Le premier ministre a présenté, ce samedi, son plan pour faire de l’Hexagone «la première destination durable» en 2030.

CREDIT  : Pixabay

La France, qui a déjà mobilisé 38 milliards d’euros durant la crise pour le secteur à travers des prêts garantis par l’Etat ou encore le dispositif d’activité partielle, entend renforcer ses mesures de soutien.

Le Premier ministre Jean Castex a prôné samedi 20 novembre “un tourisme plus qualitatif”, en présentant un plan doté d’1,9 milliard d’euros pour relancer le secteur, et en appelant à “proposer des expériences à plus haute valeur ajoutée”. “La crise nous l’a dit encore plus qu’avant : il nous faut proposer un tourisme plus qualitatif”, a lancé le chef du gouvernement lors d’un déplacement au château du Clos Lucé, à Amboise (Indre-et-Loire).

Le plan “Destination France” compte améliorer la formation et l’attractivité des métiers du secteur, notamment en structurant un “réseau d’excellence” de formations spécialisées dans le tourisme et en organisant des campagnes de communication.

Dans le détail, 750 millions d’euros prendront la forme de prêts tourisme, un outil de la banque publique Bpifrance, dédié aux PME et TPE du secteur touristique qui ont besoin d’investir pour se moderniser. Le gouvernement va également proposer 500 millions d’euros de prêt relance tourisme, des prêts de longue durée de la Banque des territoires, destinés à accompagner des investissements importants d’entreprises ou de collectivités. Ce dispositif, qui existait déjà, a été revu car il n’était pas utilisé jusqu’à présent en raison de difficultés techniques. Environ 650 millions d’euros prendront la forme de nouveaux crédits, avec pêle-mêle: des aides pour que les plus démunis partent en vacances; d’autres pour faire revenir les exposants dans les salons et foires; ou encore, des aides pour développer un tourisme responsable. Objectif : faire de la France la première destination de tourisme durable d’ici 2030.