L’opération de transfert a coûté près d’un million de dollars.

CREDIT : Pixabay

Trente rhinocéros blancs du Sud sont arrivés au Rwanda. Ils ont été installés dans le parc national de l’Akagera dans l’Est.

Il aura fallu deux jours, un Boeing 747, 80 personnes et 900 000 euros pour que ces animaux pesant jusqu’à deux tonnes effectuent ce voyage d’environ 3 400 km depuis l’Afrique du sud. C’est le plus important “transfert de l’histoire” pour ces mastodontes menacés.

Le rhinocéros blanc du Sud, l’une des deux sous-espèces de rhinocéros blanc, est aujourd’hui considéré comme menacé de disparition avec seulement 20 000 individus selon le Fonds mondial pour la nature (WWF).

Son habitat naturel est l’Afrique du Sud, la Namibie et le Zimbabwe, mais il a également été introduit au Kenya afin de lutter contre la menace du braconnage, alimentée par la demande en corne.

Avec ce transfert, African Parks entend établir pour les rhinocéros blancs du Sud un « nouveau fief ». « Ce sera pour eux l’opportunité de grandir dans un environnement sûr », a déclaré le directeur régional d’African Parks. Les 30 rhinocéros blancs du Sud ont été dans un premier temps répartis en deux groupes dans de petits enclos (de la taille d’un stade de football tout de même), riches en herbe et en points d’eau.

En 2017 et 2019, 17 puis cinq rhinocéros noirs, une autre espèce, ont été réintroduits dans le même parc du Rwanda. Ils sont aujourd’hui 26. Les transferts d’animaux sauvages ne sont pas sans risques. En 2018, quatre rhinocéros noirs, sur six qui voyagaient, sont morts quelques mois après leur arrivée au Tchad.

Pour le Rwanda, ce transfert vise également à renforcer l’attractivité en matière de tourisme, l’un des axes majeurs de son développement.