La question d’une potentielle quatrième injection de vaccin, soit un deuxième rappel vaccinal, se pose déjà dans les plus hautes sphères de l’Etat.

CREDIT : Pixabay

Auditionné ce mercredi matin par la commission sénatoriale des Affaires sociales au Sénat, Jean-François Delfraissy s’est montré “inquiet” sur l’arrivée des nouveaux variants et “estime qu’il est possible que nous ayons besoin à un moment donné d’une quatrième dose. Dans quel délai ? Je ne le sais pas encore”.

Mais le président du Conseil Scientifique l’assure : “Il est possible aussi que le boost donné par la troisième dose soit tellement important qu’il soit durable dans le temps”, même si quelques instants plus tard, il affirme que la “vaccination ne suffira pas à endiguer cette cinquième vague”.

Les informations manquent encore sur la réponse immunitaire dans le temps que donnent les vaccins. L’administration d’une quatrième dose de vaccin est déjà possible dans certains cas, notamment pour les personnes immunodéprimées qui ont reçu les trois doses précédentes sur avis médical.

Mardi, 687.000 injections de rappel ont été réalisées en une journée, un record. Au total, 15 millions de Français devraient recevoir une dose de rappel d’ici à début janvier.