En décembre dernier, une algue originaire de la mer rouge et de l’océan indien a été détectée à Port-Cros. Elle pourrait être néfaste pour la biodiversité marine.

CREDIT : Faut qu’on en parle !

C’est une espèce naturelle qui ne manque pas d’inquiéter les spécialistes. Elle avait déjà été repérée en novembre en Corse, près d’Ajaccio. Mais la découverte effectuée par les équipes de l’Institut méditerranéen d’océanologie de Marseille signe une première: l’algue rouge Lophocladia lallemandii a pris pied sur les côtes continentales françaises. La trouvaille s’est faite à l’occasion d’une plongée dans le parc national de Port-Cros, dans le Var, pour vérifier l’état des grandes nacres, des coquillages géants décimés par une bactérie.

Selon ces experts, ce type d’algues de couleur rouge, qui répond au nom de « Lophocladia lallemandii », est arrivée en Méditerranée en raison du réchauffement climatique. Originaire de la mer Rouge et de l’océan Indien, elle est en effet souvent détectée dans les eaux chaudes et sa migration vers celles du nord du globe n’est que récente.

“Les quelques dizaines de degrés de réchauffement de nos eaux port-crosiennes et du littoral français sont suffisants pour l’installation de ces espèces”, explique la professeure de l’Institut méditerranéen d’océanologie à BFM Toulon Var.

Cette algue pourrait notamment perturber la croissance de la posidonie, une plante de mer à fleurs que l’on retrouve en méditerranée. Contacté par BFM, le parc national affirme que l’algue en question ne pourra pas être extirpée des fonds marins de Port-Cros. Les scientifiques prévoient toutefois, de surveiller son expansion.