Le Gouvernement déploie de nouvelles mesures visant à améliorer le signalement et les enquêtes, et à assurer une meilleure protection des victimes.

CREDIT  : egalité-femmes-hommes

À l’occasion de la journée pour l’élimination de la violence faite aux femmes, le Premier ministre Jean Castex a annoncé, ce jeudi, une série de nouvelles mesures pour protéger les femmes victimes de ces violences.

Les nouvelles mesures se déclinent en trois axes :

  1. améliorer le signalement ;
  2. améliorer les enquêtes ;
  3. assurer une meilleure protection.

Pour le signalement, un meilleur suivi est la consigne donnée aux policiers et gendarmes : l’objectif : que 100% des constatations se transforment en plainte ou signalement, tout en proscrivant définitivement les mains courantes. Pour faciliter le signalement, vous pouvez vous rendre sur moncomissariat.fr , magendarmerie.fr ou sur la plateforme de signalement des violences sexuelles et sexistes arretonslesviolences.gouv.fr. De plus, une application sera créée à la rentrée.

Afin d’améliorer les enquêtes et pour faire face à un nombre accru de procédures (193.000 l’an dernier), il est nécessaire d’accroître le nombre d’officiers de police judiciaire : objectif : augmenter de 25 % les effectifs. Partout en France, le traitement des plaintes pour violences conjugales est prioritaire. C’est-à-dire qu’elles sont traitées devant toutes les autres (cambriolages, stupéfiants, vols à la tire…) ;

Et parce que le premier mode opératoire des féminicides est l’arme à feu, le nouveau fichier des personnes mises en cause pour violences intra-familiales sera connecté à ceux des possesseurs d’armes et d’interdits de port et sera consultable par les policiers et gendarmes.

5.000 “téléphones grave danger” seront rendus disponibles en 2022, dispositifs “qui ont fait leurs preuves et qui sont efficaces pour protéger les victimes de leur agresseur”, selon Matignon. Une “semaine de l’égalité entre les filles et les garçons” va être créée à l’école en 2022 la semaine du 8 mars. Les enseignants sensibiliseront les élèves “autour des projets forts sur l’égalité entre les filles et les garçons”. Jean-Michel Blanquer détaillera ultérieurement les contenus.