Le chef de l’état s’est entretenu avec Vladimir Poutine. Le président russe a également exprimé son « désaccord » avec un discours la veille d’Emmanuel Macron consacré à l’Ukraine.

CREDIT : Présidence Russe

Emmanuel Macron pense que « le pire est à venir » après son échange avec Poutine, « très déterminé », selon une communication de l’Elysée

Vladimir Poutine a donc dit à Emmanuel Macron qu’il continuerait « sans compromis » sa lutte contre les « nationalistes » en Ukraine, selon le Kremlin.

Alors que les pourparlers doivent reprendre cet après midi, Vladimir Poutine a menacé d’ajouter des « exigences supplémentaires » à sa liste déjà longue de demandes à Kiev en vue des discutions.

La délégation ukrainienne se rend en ce moment à la frontière polono-biélorusse pour de nouveaux pourparlers avec la partie russe. « Le programme au minimum : des couloirs humanitaires. Le reste sera selon les circonstances », a fait savoir l’un des négociateurs ukrainiens, le député David Arakhamia.

Lors d’une discussion téléphonique d’une heure et demie, qui s’est tenue à sa demande, le président russe a affirmé à son homologue français que les opérations de l’armée russe se développaient « selon le plan » prévu par Moscou et qu’elles allaient « s’aggraver » si les Ukrainiens n’acceptaient pas ses conditions, a déclaré la présidence française. « L’anticipation du président [Macron] est que le pire est à venir compte tenu de ce que lui a dit le président Poutine », selon l’Elysée.