Avec la fin de la vente des véhicules neufs thermiques en 2035, l’augmentation du coût de l’essence qui ne va pas s’arrêter, l’électrique a la côte. Certains automobilistes ont déjà franchi le pas, mais ce n’est pas simple.

Tesla model 3 – CREDIT : Wikimedias Raysonho @ Open Grid Scheduler / Scalable Grid Engine

Nos contenus vous plaisent ? Soutenez notre duo de journalistes passionnés en regardant une courte publicité !

« c’est très plaisant de conduire une électrique », comme le dit Francois. « Vous n’accélérez plus comme avant. Plus vous accélérez, plus vous allez souvent à la pompe. Donc je mets toujours en autonomie, je roule à la limitation de vitesse, je suis tranquille dans ma conduite », explique-t-il.

Aujourd’hui le soucis, c’est le prix des recharges qui commencent fortement à monter, « Le coût de la recharge électrique coûte bientôt le prix d’un plein d’une voiture » confirme Fabien, maçon de métier à Aubagne.

Un soucis de taille, le temps de recharge, lorsqu’on roule en électrique fait recharger très souvent et qu’en plus c’est un désert de bornes électriques en dehors des autoroutes. Les quelques bordes ailleurs sont souvent et de plus en plus, prises car le nombre de voiture électrique est en forte hausse.

En 2022, c’est pas simple de passer au full électrique. La France, comme les autre pays ont une dizaine d’années pour remplacer les pompes à essence en station de rechargement.