Juste avant le Black Friday et à un mois des fêtes de fin d’année, le site et l’application Wish vont disparaître prochainement des moteurs de recherche comme Google et des magasins d’applications mobiles en France

CREDIT  : NURPHOTO VIA GETTY IMAGES

Cette mesure exceptionnelle a été prise en raison de la présence de produits non conformes et dangereux, identifiés lors d’une enquête menée par les services français de la répression des fraudes.

Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a rappelé sur franceinfo que “le numérique n’est pas au-dessus des lois”, précisant que “tout le monde ne peut pas faire ce qu’il veut”, y compris les géants américains du numérique “qui ont pignon sur rue”. Franceinfo fait le point sur cette mise en retrait d’un des plus gros vendeurs en ligne.

Le site de vente en ligne américain ne va donc plus être référencé par les moteurs de recherche tant qu’il continuera à vendre des produits non conformes et dangereux.

En cause, la présence de produits non-conformes. Sur 140 produits vendus sur Wish et analysés par la DGCCRF, 90% des appareils électriques analysés étaient considérés comme dangereux, tout comme 62% des bijoux fantaisie et 45% des jouets.

Wish ne va toutefois pas disparaître complètement d’Internet. Il sera toujours possible d’accéder au site en tapant son URL dans la barre d’adresse de son navigateur ou en cliquant sur l’une des nombreuses publicités présentes sur Internet. Quant à ceux qui ont téléchargé l’application Wish, ils pourront continuer à l’utiliser normalement. Mais Wish sera moins visible. Et ce n’est peut-être qu’un début. Sur France Info mercredi matin, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire menaçait de bloquer l’accès au site sur le territoire français si rien n’était fait.