Maltraitance animale : les dessous d’un scandale

MALTRAITANCE ANIMALE: LES DESSOUS D'UN SCANDALE

SAISON 2 / EPISODE 7

L’association L214 a révélé récemment des actes de cruauté dans des abattoirs Français. Elle nous a livré des images insoutenables auxquelles nous ne pouvions rester insensibles.

Comment sont effectués les contrôles et quelles mesures d’urgence doivent être prises pour éviter de nouveaux massacres ? Que fait le gouvernement ?

​Chaque année des milliers d’animaux domestiques subissent des actes de maltraitance pendant que d’autres sont abandonnés. Les organisations protectrices des animaux disposent-elles d’assez de moyens pour lutter contre cette cruauté humaine envers les animaux ?

Maltraitance Animale : Les dessous d’un scandale c’est notre prochaine enquête dans Faut qu’on en parle.

​Les invités de l’émission sur la Maltraitance Animale :

  • Brigitte GOTHIERE – co-fondatrice et porte parole de l’association L214
  • Samia FALOUTI – Référente VegOresto pour L214
  • Jean Luc DAUB – Enquêteur dans les abattoirs français (1993-2008) et auteur d’un livre en 2009 “Ces bêtes qu’on abat”
  • Michèle VEGE – Membre de L214
  • Franck DELORME – Ecole du Chat de Cassis
  • Erik TAMBURI – Délégué national de Debout la France à la protection animale
  • Paul PRIEUR – Président de l Association pour la Régulation et la Protection des Animaux Familiers
  • Anne SIMONET – Secrétaire de l’ARPAF
  • La SPA Marseille Provence

​Les chiffres clés de l’émission sur la Maltraitance Animale :

Quelques chiffres sur la maltraitance animale ?

Et bien, en France, chaque année, toutes les heures, 11 animaux domestiques sont abandonnés.

  • Les cirques possèdent environ 1 200 animaux.
  • 20 600 équidés sont égorgés.
  • Environ 100 000 animaux sont abandonnés (60 000 l’été).
  • Pour raisons pécuniaires, 250 000 animaux sont euthanasiés.
  • Pour diverses expérimentations on utilise 2,2 millions d’animaux (soit 4 animaux par minute).
  • Quotidiennement 3 millions d’animaux sont abattus.
  • 33,6 millions de poules sont élevées en batterie.
  • 40 millions de poussins sont broyés par les couvoirs (soit 1 poussin par seconde).
  • 40 millions d’animaux dits « de boucherie » (bœuf, mouton, cheval, veau, agneau, chevreau, porc) sont abattus.

Dans le monde 65 milliards d’animaux sont tués pour notre alimentation.

Quelques chiffres sur la maltraitance dans les abattoirs ?

La totalité des bêtes en Île de France sont purement et simplement égorgées en toute conscience, sans étourdissement préalable. Les consommateurs n’en sont même pas informés (la France refuse l’étiquetage).
Dans les abattoirs les animaux peuvent mettre quatorze minutes pour mourir.
Le temps de transport des porcs vers l’abattoir peut durer jusqu’à 24 heures.
1 salarié abatteur peut tuer jusqu’à 600 bovins par jour.

Et chaque année, concernant les habits avec les fourrures ou carrément pour JOUER, oui parce que OUI on joue avec les animaux aussi il faut le savoir !

Pour chaque corrida, six taureaux sont torturés et sacrifiés ce qui représente 10 000 taureaux massacrés au nom de la corrida.
Concernant la fourrure, sur 180 animaux tués, la peau de seulement 42 d’entre eux est utilisée. Le reste est détruit.

Et dans le monde ?

Chaque année, dans le monde…

Il faut noter que pour leur fourrure, 140 millions d’animaux sont dépecés.
La taille moyenne de la cage de vie des renards et des visons élevés pour leur fourrure est de 0,6 m² : cette industrie croit de 10% chaque année depuis 10 ans.
Le trafic illégal d’animaux domestiques occupe la 3è place après la drogue et les armes à feu.

Alors des études ont été réalisé pour savoir si un rapport existe entre la maltraitance animale et humaine ?

Effectivement, la violence envers les animaux est reconnue comme signal d’alerte dans l’étude des personnalités à risques. Il existe un lien irréfutable entre la cruauté faite aux animaux et la violence exercée sur les humains, on en est aujourd’hui certain.

 Concernant la maltraitance animale et violences conjugales :

Sur un échantillon statistique de femmes battues et victimes de violence, il y avait 5 fois plus de probabilité que leur partenaire ait par le passé menacé de violence un animal familier.

18% à 45% des femmes battues indiquaient être restées auprès de leur conjoint violent par crainte qu’il ne s’en prenne à leur animal familier.
Chez l’adulte, la cruauté commise envers les animaux est liée à celle perpétrée sur les partenaires, les enfants, les intimes et les personnes âgées. Ces faits se déroulent souvent dans les mêmes maisons et sont perpétrées par une seule et même personne et c’est souvent un homme adulte.

Concernant la Maltraitance animale et violences infantiles ?

Dans 88% des familles montrant un abus d’enfant, la cruauté envers les animaux était également présente. 2/3 des animaux étaient victimes du père et 1/3 des enfants.
Statistiquement, les enfants victimes de violences sexuelles ont 6 fois plus de probabilité d’être cruels envers les animaux.

L’équipe – CREDIT : Faut qu’on en parle !

Droits des animaux reproducteurs

Les défenseurs du bien-être animal soutiennent souvent que la vision des droits des animaux va trop loin à certains égards : le bien-être animal n’exige pas nécessairement l’élimination complète de toute utilisation d’animaux, y compris comme animaux de compagnie. Au lieu de cela, ils défendent l’idée que les humains ont une responsabilité morale envers les animaux pour minimiser leur souffrance.

Renforcer le bien-être animal : plus méthodique contre la cruauté en termes de règles de conduite, mais pas contre la plupart des pratiques d’exploitation animale (sauf peut-être pour la fourrure ou le sport (chasse, pêche) ;

La loi interdit la cruauté envers les animaux domestiques ou captifs domestiques et sauvages. Dans le cas du bétail, une ordonnance qui établit des mesures pour assurer la protection des animaux contre les abus, les abus et les souffrances dans le logement, le transport ou l’abattage. De même, il stipule que l’utilisation d’animaux à des fins scientifiques doit être limitée aux “circonstances strictement nécessaires”.

Elevage vétérinaire pour l’abattage d’animaux

La souffrance animale : la production de lait, de viande, d’œufs, de fourrure, de cuir, de laine, mais aussi les expériences en laboratoire, la chasse à courre, les divertissements dans les cirques et les zoos, la tauromachie, la vente d’animaux sauvages par Internet… La société doit tenir compte des animaux bien-être, qui C’est aussi l’une des grandes avancées morales de l’humanité. La souffrance animale est réelle : 3 millions d’animaux sont tués chaque jour dans les abattoirs…

Lors de l’abattage des animaux, un pistolet d’abattage est nécessaire. Cependant, dans un souci de gain de temps ou d’argent, ou dans le cadre d’abattage rituel, ce moyen n’est pas utilisé dans certains cas. En définitive, une mort lente et douloureuse peut être obtenue par différents types d’abattage :

plein de mains. L214 Éthique & Animaux a dévoilé la vérité sur les fermes et les abattoirs à travers une centaine d’enquêtes, montrant à chaque fois que les violations et la cruauté envers les animaux – et, à commencer par les humains – ne sont pas accidentelles. C’est le résultat de l’indifférence des politiques (politique-Animaux.fr) au sort de ces êtres souffrants. Chaque jour, je vous rappelle que 3 millions de mammifères et d’oiseaux sont abattus pour la consommation humaine, et que l’homme peut consommer des protéines animales sans nuire à sa santé. Le 19 novembre, L214 révélait un “métier” inconnu pour un stage dans les fermes de la marque Duc dans l’Yonne : cueilleurs de volailles. Il s’agit donc de « ramasser » 20 000 poulets en moins de 4 heures, en les attrapant par « 5 par 5 pattes ». C’est un art et vous devez continuer ou vous baisserez votre moyenne. En raison de l’augmentation du taux de croissance, ils “souffrent d’exercice, de problèmes respiratoires et cardiaques préférés par la sélection génétique, l’alimentation et les conditions de logement […]. Parfois, les opérateurs entendront le bruit de pattes cassées lors de l’élevage de ces poulets [… ] .]. »