En 2020, 23,7% des 18-75 ans (soit près d’un adulte de cette tranche d’âge sur quatre) dépassaient les repères de consommation d’alcool, d’après une étude de Santé publique France.

CREDIT  : Istock

Les Français sont de trop grands consommateurs d’alcool. C’est la conclusion des derniers résultats du Baromètre santé de Santé publique France. Pour récolter les données, une enquête téléphonique a été réalisée sur un échantillon aléatoire de 14 873 individus résidant en France métropolitaine. Résultats : en 2020, près d’un adulte sur 4, plus précisément 23,7% de la population âgée de 18 à 75 ans, dépassaient les repères de consommation d’alcool. Les hommes étaient plus concernés (33,5%) que les femmes (14,9%).

Depuis 2017, de nouveaux repères de consommation d’alcool à moindre risque ont été définis par Santé publique France et l’Institut national du cancer. “Pour limiter les risques pour la santé au cours de sa vie”, le groupe d’expert des deux organismes indique qu’il ne faut pas consommer plus de dix verres standard par semaine et pas plus de deux verres standard par jour ; d’avoir aussi des jours dans la semaine sans consommation.

Autre indication de l’étude : une part non négligeable de Français semble ne pas avoir une bonne perception des risques liés à la consommation excessive d’alcool. 8% des personnes ne dépassant pas les repères et 17% des personnes les dépassant ont ainsi estimé qu’il n’y avait pas de risque pour sa propre santé à consommer de manière quotidienne. En revanche, 84% de ceux ne dépassant pas les repères de consommation et 80% de ceux les dépassant reconnaissent sans mal que «la consommation de boissons alcoolisées peut augmenter le risque de cancer». Mais seulement 17% de ceux ne dépassant pas les repères et 23% de ceux le dépassant sont prêts à réduire leur consommation.

Ces données doivent, pour SPF, être prises en compte pour améliorer le ciblage des actions de prévention, notamment sur l’accessibilité de l’alcool et la publicité.