L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail appelle les cueilleurs à la prudence dans la cueillette des champignons dû à une hausse d’intoxication.

Crédit : Philippe Mebs;Julien Abaza;Christine Amen;Hervé Stanciu

Chaque week-end, de nombreux amateurs de champignons partent explorer les sous-bois, mais ce n’est pas sans risque. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), via Le Parisien, fait état de “732 cas d’intoxication, dont cinq cas de gravité forte” liés à une consommation de champignons sauvages depuis le début du mois de juillet. Une tendance qui semble s’accélérer depuis deux semaines.

Confusion d’une espèce comestible avec une espèce toxique, consommation de champignons comestibles en mauvais état, mauvaise cuisson… Les causes pouvant conduire à une intoxication sont variées.

En cas d’intoxication, l’Anses recommande d’appeler rapidement le centre antipoison le plus proche de chez vous et de prendre en photo vos champignons systématiquement. Les clichés pourront permettre au toxicologue, en cas d’incident, “de décider du traitement adéquat”.

Voici quelques conseils de l’Anses :

  • ramasser uniquement les champignons que vous connaissez parfaitement.
  • au moindre doute, ne pas consommer la récolte avant de l’avoir fait contrôler par un spécialiste en la matière.
  • cueillir uniquement les spécimens en bon état et prélever la totalité du champignon, pied et chapeau, afin d’en permettre l’identification.
  • ne pas cueillir les champignons près de sites potentiellement pollués.
  • bien séparer par espèce les champignons récoltés.
  • déposer les champignons dans une caisse, un carton ou un panier.
  • conserver les champignons au réfrigérateur (maximum 4 °C) en évitant tout contact avec d’autres aliments et les consommer dans les deux jours après la cueillette.
  • consommer les champignons en quantité raisonnable après une cuisson suffisante (20 à 30 minutes à la poêle ou 15 minutes à l’eau bouillante).
  • ne jamais donner à manger les champignons que vous avez cueillis à de jeunes enfants.
  • ne pas consommer de champignons commercialisés “à la sauvette”.