Les performances réalisées par les cadors du Tour de France interrogent et les données statistiques sont accablantes pour Jonas Vingegaard 

Nos contenus vous plaisent ? Soutenez notre duo de journalistes passionnés en regardant une courte publicité !

Peloton – CREDIT : Faut qu’on en parle

L’heure est à la suspicion chez les suiveurs du Tour de France. Conséquence notamment de la démonstration de force des coureurs de la Jumbo-Visma tout au long des trois semaines de course. Certains journalistes n’ont d’ailleurs pas hésité à demander à Jonas Vingegaard et Wout van Aert, samedi, s’ils pouvaient garantir qu’ils ne se dopaient pas.

En grimpant Hautacam en 36’39’’ après près de trois semaines de course, Jonas Vingegaard a développé une puissance de 439 watts durant cette montée.  A titre de comparaison, David Gaudu a développé une puissance de 404 watts.  Jonas Vingegaard affiche 426 watts de moyenne sur les sept principaux cols de ce Tour de France. De quoi le placer dans les résultats anormaux sur le plan physiologique. Un constat qui vaut également pour Tadej Pogacar et ses 419 watts et même Geraint Thomas, qui affiche 412 watts en moyenne à 36 ans.

Des images n’ont pas manqué en effet d’interpeller. Alors que le natif du Colorado, Sepp Kuss prenait un virage serré à la corde dans la roue de Tadej Pogacar et Jonas Vingegaard, son vélo a semblé subitement accélérer avant même qu’il ne hausse la cadence de pédalage ou se mette en danseuse.

Wout van Aert invité à assurer que le dopage n’avait pas court à la Jumbo-Visma, le Belge a d’ailleurs fait part de son agacement. « Je n’ai même pas envie de répondre, c’est une question de merde », a-t-il lancé, ajoutant finalement: « Elle revient à chaque fois que quelqu’un gagne. Parce qu’on est performants on devrait se défendre? Je ne le saisis pas. On a travaillé si dur pour ça. »