Après la relance, l’investissement. Emmanuel Macron a dévoilé ce mardi 12 octobre son plan « France 2030 » de 30 milliards d’euros pour « faire émerger les champions de demain » dans les technologies d’avenir capables de rivaliser avec les géants chinois et américains.

©Ludovic Marin/AFP

Devant un parterre d’étudiants et de chefs d’entreprise, il a notamment appelé à réindustrialiser la France pour “redevenir une grande nation d’innovation”. Il a annoncé des “investissements massifs” afin d’engager la décarbonation de l’industrie française, appuyée sur le nucléaire, l’hydrogène vert et les énergies renouvelables.

1 milliard pour le nucléaire
“Nous devons faire émerger en France d’ici 2030 des réacteurs nucléaires de petite taille, innovants et avec une meilleure gestion des déchets, a précisé le président de la République. Nous sommes prêts à y investir un milliard d’euros d’ici 2030 en commençant très vite avec des premiers projets très clairs.”

Énergie remise au goût du jour par Emmanuel Macron, le nucléaire va bénéficier d’1 milliard d’euros au total. Concrètement, cette enveloppe va servir à “faire émerger d’ici 2030 des réacteurs nucléaires de petite taille, innovants et avec une meilleure gestion des déchets”. Ces réacteurs, sous le nom de Small modular reactors (SMR), “sont beaucoup plus sûrs parce que la sûreté est un point-clé du débat sur le nucléaire”, a assuré le président. Les technologies visant à mieux recycler les déchets nucléaires, véritable casse-tête aujourd’hui sur le plan environnemental, seront également financées par ce milliard promis.

500 millions pour le renouvelable
“Nous aurons un objectif d’investissement de plus de 500 millions d’euros dans les technologies de rupture dans les énergies renouvelables”, a garanti le chef de l’État en citant les éoliennes terrestres et en mer, ainsi que les panneaux photovoltaïques. Et pour cause : la France a une obligation européenne de consommer 23% d’énergies renouvelables dans le mix énergétique final, qu’elle ne remplit pas pour l’instant, selon les estimations de l’Observatoire Climat-Énergie (nous sommes à 19,1% en 2020). Emmanuel Macron a aussi indiqué vouloir faire de la France le pays leader dans l’hydrogène vert d’ici à dix ans, avec “au moins deux Gigafactory d’électrolyseurs” sur le territoire. Sans préciser combien cela coutera.

8 milliards pour décarboner l’industrie
La France et l’UE étant tenues de devenir neutres en carbone d’ici à 2050, le plan de 2030 doit logiquement se donner des objectifs verts. Le président a annoncé que 8 milliards d’euros seraient alloués à la décarbonation de l’industrie, au financement de nouveaux mix électriques et à l’innovation dans la production électrique. “Notre stratégie se complète par la digitalisation et la robotisation de notre industrie, qui est un point clé”, a-t-il souligné, voyant dans le progrès le moyen de rendre le secteur industriel moins polluant.

4 milliards dans les “transports du futur”
Faire de la France “le leader de l’hydrogène vert”. “Nous pouvons encore devenir leader dans ce domaine grâce à nos atouts, notamment grâce au nucléaire qui nous permet de consommer l’électricité suffisante pour faire de l’électrolyse”, a déclaré Emmanuel Macron.

Deux ambitions ont été affichées dans ce secteur, avec au total 4 milliards d’euros de budget. D’abord, près de 2 millions de véhicules hybrides ou électriques seront produits en France d’ici à 2030, afin de remplacer peu à peu le parc automobile vieillissant. Ensuite, Emmanuel Macron a partagé son souhait de voir le premier avion bas-carbone produit en France à cette échéance, sur un ton optimiste : “Je pense que c’est tout à fait faisable”.

2 milliards dans l’alimentation durable
La France doit entrer dans une “nouvelle révolution de l’alimentation saine, durable et traçable” à cet horizon et pour cela “investir dans trois révolutions (…) : le numérique, la robotique, la génétique”, a-t-il décrit, promettant de “décarboner la production” agricole, “sortir de certains pesticides”, “améliorer la productivité” et développer “des productions plus résilientes et plus solides dans les bio-solutions”.

Ainsi, 2 milliards d’euros doivent être versés à la poursuite d’une “révolution agricole et agroalimentaire”. Citant les deux lois EGALIM sur l’alimentation, le président prévoit un investissement à la fois dans le numérique, la robotique et la génétique pour accompagner les enjeux de la production agricole.

6 milliards dans les composants électroniques
“L’Europe ne produit que 10% des composants électriques”, et notamment les semi-conducteurs victimes aujourd’hui d’une pénurie, a encore regretté Emmanuel Macron. La France étant à la traine dans la production de ces technologies, une enveloppe de 6 milliards d’euros devra servir à “doubler notre capacité électronique d’ici 2030” et “sécuriser” l’approvisionnement en puces.