La Banque de France​ a abaissé mardi sa prévision pour la croissance française à 2,3 % en 2022, contre une fourchette comprise entre 2,8 % et 3,4 % publiée mi-mars, et relevé sa prévision d’inflation à 5,6 %, du fait des « chocs » qui frappent l’économie.

Nos contenus vous plaisent ? Soutenez notre duo de journalistes passionnés en regardant une courte publicité !

Argent – CREDIT : Pixabay

Le principal souci des Français est l’inflation qui est devenue très forte cette année pour atteindre 5%. « L’inflation devrait revenir à 2% en 2024 et je dirais que c’est non seulement une prévision (…) mais c’est un engagement dans la durée, avec la Banque centrale, la Banque européenne et la Banque de France, nous ferons ce qu’il faut », assure le gouverneur.

La Banque de France prévoit donc une accélération à 5,6 % en moyenne cette année de l’indice IPCH, qui sert de base de comparaison entre pays européens, avant de ralentir à 3,3 % en 2023 puis 1,9 % en 2024. « L’inflation sera plus élevée, plus large et (durera) plus longtemps », en se diffusant notamment aux services après s’être concentrée sur l’énergie et l’alimentation, résume la banque centrale française.

François Villeroy de Galhau pense même pouvoir ramener l’inflation sous la barre des 2%, précisant que même si l’inflation reste forte en France actuellement, elle est la moins élevée parmi les grands pays de la zone euro, notamment grâce à l’efficacité du bouclier tarifaire sur l’énergie mis en place.