Pour la première fois depuis la création du “Wildlife Photographer of the Year”, le prix a été décerné à un Français : Laurent Ballesta.

photo de lannee

Crédit photo : Laurent Ballesta

Le photographe français Laurent Ballesta a été couronné “Wildlife Photographer of the Year 2021” pour sa photo de mérous-camouflage prise en Polynésie française. Organisée par le Muséum d’histoire naturelle de Londres, le “Wildlie Photographer of the Year” est l’un des concours de photographie les plus prestigieux au monde. Cette 57ème édition a vu 50.000 participants de 95 pays se disputer un prix, un nombre record.

Au milieu des eaux sombres, des mérous argentés s’engagent dans un ballet à demi masqué par un nuage laiteux formant de délicats volutes. Le ballet comme le nuage n’ont rien d’anodin. C’est ici une scène cruciale de la vie des poissons qui se déroule : la fécondation des œufs d’une femelle par des mâles frétillants.

Le phénomène est loin d’être facile à observer. A Fakarava, un atoll de Polynésie française, il ne se produit qu’une fois par an, aux alentours de la pleine lune au mois de juillet. Jusqu’à 20.000 poissons se rassemblent dans un chenal reliant le lagon à l’océan. Et il faut alors s’aventurer dans les profondeurs pour assister au spectacle.

C’est la première fois depuis l’existence de ce concours qu’un français remporte le titre.

Comme à chaque édition, un grand prix a également été attribué à un jeune photographe, en l’occurence cette fois-ci à Vidyun R Hebbar, un jeune Indien de tout juste 10 ans, récompensé pour son araignée surprise sur sa toile dans un décor colorié par le passage d’un tuk-tuk.

le plsu jeune

Crédit photo :  Vidyun R Hebbar