Sept des huit personnes propageant des messages haineux contre April Benayoum lors de l’élection de Miss France ont été condamnés, mercredi 3 novembre.

Crédit :  April Benayoum

Sept prévenus, quatre femmes et trois hommes, ont été condamnés par le tribunal correctionnel de Paris à des amendes allant de 300 à 800 euros concernant leurs tweets antisémites visant April Benayoum, Miss Provence et première dauphine de Miss France 2021. Le huitième a été relaxé par le tribunal correctionnel qui a estimé que son tweet ne la visait pas.

Les sept condamnés,  Jasmine, Malika, Mickaël, Djamila, Rayanne, Ahmet et Shaïma, devront également verser 1 euro de dommages et intérêts à la plaignante, ainsi qu’à plusieurs associations qui s’étaient constituées parties civiles, telles que la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra), l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), SOS Racisme, le Mrap, la Ligue des droits de l’homme (LDH). Quatre d’entre eux devront en outre suivre un « stage de citoyenneté » de deux jours, selon la décision du tribunal.

Les avocats des parties civiles se sont satisfaits de ces peines, même légères, considérant qu’elles devaient avant tout montrer l’absence d’impunité dans la haine en ligne. Ils ont par ailleurs pointé la responsabilité de Twitter qui avait tardé à supprimer les messages.

Autre bonne nouvelle pour la miss. En tant que première dauphine d’Amandine Petit, Miss France 2021, April Benayoum doit représenter la France le 16 décembre prochain à l’élection Miss Monde.