Entre 4 et 4,5 millions de Français vont voir leur pass vaccinal désactivé à partir de ce mardi 15 février car les règles changent : le délai pour effectuer sa dose de rappel passe de sept à quatre mois, sauf pour les personnes bénéficiant d’un certificat de rétablissement du Covid-19 ou de contre-indication à la vaccination.

CREDIT : Faut qu’on en parle !

À compter de ce mardi 15 février, pour conserver la validité de son « pass vaccinal », les personnes de plus de 18 ans et un mois devront réaliser une injection de rappel au moins 3 mois après la fin de son schéma vaccinal initial et dans un délai de 4 mois maximum. Autrement dit, les Français n’auront ainsi qu’un créneau d’un mois pour réaliser leur dose de rappel.

Si ce délai n’est pas respecté, « le QR code de votre ancien certificat de vaccination sera désactivé automatiquement, il sera placé dans la catégorie “certificat expiré” et ne pourra plus être utilisé dans le cadre du passe vaccinal », dit le gouvernement.

Par ailleurs, les adolescents de 16 et 17 ans n’ont pas l’obligation de faire un rappel vaccinal pour conserver leur pass vaccinal, et les mineurs de moins de 16 ans ne sont pas soumis au pass vaccinal.

Alors qu’une levée du pass vaccinal est envisageable « d’ici la fin mars » ou début « avril » si les conditions sanitaires continuent à s’améliorer, selon Alain Fischer, le « Monsieur vaccin » du gouvernement, une nouvelle salve de restrictions doit disparaître mercredi 16 février avec la réouverture des discothèques, l’autorisation des concerts debout et de la consommation au comptoir dans les bars et les cafés.