Karim Benzema a été reconnu coupable de complicité de tentative de chantage par le tribunal de Versailles dans le procès de l’affaire de la sextape.

CREDIT  : JOSE BRETON / NURPHOTO / AFP

Karim Benzema est fixé sur son sort. Près six années d’enquêtes et de rebondissements, l’affaire de la tentative de chantage à la vidéo intime de Mathieu Valbuena a rendu son verdict. Un mois après la tenue du procès de l’affaire de la sextape de Mathieu Valbuena pour laquelle l’attaquant madrilène comparaissait aux côtés de quatre autres hommes accusés d’avoir participé à une tentative de chantage à l’encontre de l’ancien Marseillais, le tribunal de Versailles a rendu son verdict. Une annonce forcément très attendue puisque l’international tricolore, qui encourrait jusqu’à cinq ans de prison pour « complicité de tentative de chantage », avait vu le parquet requérir une peine de 10 mois de prison avec sursis et 75 000 euros d’amende à son encontre.

Et Karim Benzema a donc été reconnu coupable de complicité de tentative de chantage. Il a été condamné à un an de prison avec sursis et 75.000 euros d’amende.

Le procureur avait demandé 4 ans de prison et 15 000 euros d’amende contre Mustapha Zouaoui, considéré comme le « cerveau » de l’affaire, 18 mois de prison et 15 000 euros d’amende contre Axel Angot, qui avait récupéré la sextape de « Petit Vélo », 18 mois avec sursis et 5 000 euros d’amende contre Younes Houass, le premier intermédiaire, et enfin 2 ans de prison et 5 000 euros d’amende contre Karim Zenati, ami d’enfance de Karim Benzema.

Il y a deux semaines, le patron de la Fédération française de football Noël Le Graët a expliqué que l’attaquant de 33 ans “ne serait pas exclu” de la sélection en cas de “sanction judiciaire”. Interrogé sur cette question début octobre, le sélectionneur Didier Deschamps était resté évasif, répétant qu’il faisait “des choix sportifs” au moment de convoquer ses joueurs.